Mort d’Irrfan Khan : l’acteur de Slumdog Millionaire est décédé à 53 ans

Irrfan Khan, acteur aperçu dans Slumdog Millionaire, The Amazing Spiderman ou encore Inferno, est décédé ce mercredi 29 avril à l’âge de 53 ans. Atteint d’un cancer, il a succombé à une infection du côlon.

Bollywood est en deuil. En ce mercredi 29 avril, la plus grande industrie du cinéma vient de perdre l’une de ses étoiles : il s’agit d’Irrfan Khan. Âgé de 53 ans, ce dernier est décédé des suites d’une infection du côlon, trois jours seulement après la mort de sa mère. En 2018, les médecins lui avaient diagnostiqué un cancer des glandes endocriniennes, pour lequel il suivait un traitement en Angleterre. Véritable superstar dans son pays, le mari de Sutapa Sikdar l’était également dans le monde entier. Son rôle mythique de l’inspecteur dans le film Slumdog Millionaire lui avait en effet ouvert les portes du monde occidental. En plus d’avoir été l’un des rares acteurs indiens à avoir su s’imposer aux Etats-Unis, il était dans la foulée devenu le premier comédien de son pays à figurer au générique de deux longs-métrages couronnés pour l’Oscar du meilleur réalisateur. Quatre ans après le film dans lequel il avait donné la réplique à Dev Patel, il avait en incarné Pi devenu adulte après son naufrage avec un tigre dans le désormais culte Life of Pi d’Ang Lee.

Irrfan Khan était adulé en Inde

Lui, qui avait participé à plus de 150 films au cours de sa carrière, avait également joué dans plusieurs grands blockbusters. Les amateurs de Marvel se souviennent en effet de lui dans The Amazing Spiderman, aux côtés d’Andrew Garfield et Emma Stone. Il avait également donné la réplique à Tom Hanks dans Inferno mais aussi à notre Omar Sy national dans Jurassic World. Un parcours qui faisait la fierté de l’Inde, laquelle vit cette disparition comme un véritable drame. Il faut dire qu’il avait plusieurs fois défendu les talents de son pays, notamment lorsqu’il avait déclaré à The Guardian : « Je m’oppose toujours au mot Bollywood. Je ne pense pas que ce soit juste d’avoir ce nom. Parce que cette industrie a sa propre technique, sa propre façon de faire des films qui n’a rien à voir avec le singe d’Hollywood. » Pas de doute : le monde du septième art vient de perdre un grand monsieur.