Un Pilote easyJet condamné à un an de prison avec sursis pour avoir pris de l’ecstasy la veille d’un vol

Un pilote de la compagnie aérienne easyJet aux états de services impeccables, a été condamné par le tribunal de grande instance de Créteil (Val-de-Marne), à 12 mois de prison avec sursis vendredi dernier. Le pilote n’aura plus jamais la possibilité d’exercer.

L’homme de 49 ans avait reconnu s’être senti mal aux commandes de l’avion, après avoir pris de l’ecstasy la veille du vol. Il a été jugé en compagnie de 4 autres personnes dont une femme, qui apparaît ici comme le fournisseur de la drogue. Contre elle, il a été requis jusqu’à 5 ans de prison ferme.

Le petit groupe avait été arrêté le 26 juin, et le pilote le lendemain. Un « exemple concret de réseau » de trafic de stupéfiants, a déclaré la procureure, « avec fournisseur, intermédiaire, nourrice » et « au bout de leur chaîne » un usager : le pilote de ligne.

Les policiers du SDPJ avaient placé la femme qui fournissait les drogues sur écoute, et c’est lors d’une conversation téléphonique entre elle et le pilote qu’ils ont découvert que ce dernier avait pris de la drogue la veille d’un vol :

« J’ai fait que des conneries », lui avait dit le pilote. Celui-ci a reconnu pendant l’audience consommer des stupéfiants (cocaïne, MDMA et Cannabis) depuis deux ans déjà : « Je pensais que tout était maîtrisé, je m’en veux énormément ».

La compagnie aérienne easyJet a déclaré lors d’un communiqué :

« Dès l’ouverture d’une enquête par les autorités ce dernier n’a plus opéré de vol et des procédures disciplinaires sont en cours. La sécurité des passagers et équipages d’easyJet est notre première priorité et nous avons une politique de tolérance zéro concernant la drogue et l’alcool.

Cette règle et la réglementation y correspondant sont très claires. Si des preuves de failles de sécurité de la part de l’un de ses pilotes avaient été avérées, easyJet aurait agi immédiatement et retiré le pilote des plans de vol ».