Pendant la Seconde Guerre Mondiale, une jeune femme fait semblant d’être mère célibataire. La raison ? Admirable !

Marion Pritchard vient au monde en 1920 à Amsterdam aux Pays-Bas. En 1939, la jeune femme inscrite à l’université d’Amsterdam va vivre à 19 ans le début d’une guerre, qui sera la plus meurtrière des temps modernes.

Comme beaucoup de jeunes de son âge, Marion se lance dans la résistance contre le régime nazi et cela finit par lui coûter 7 mois de prison ! Mais tout ce temps enfermé ne l’a pas affectée, bien au contraire, cela a permis à la jeune femme de s’endurcir.

Une scène particulière va bouleverser la vie de Marion en 1942, et cela deviendra la principale raison de son combat : « C’était une magnifique matinée de printemps, et c’était une rue que je connaissais depuis que je suis née, et tout à coup, vous voyez des petits enfants tirés par les cheveux ou une jambe et jetés dans le coin d’un camion. Vous vous arrêtez, vous ne pouvez pas y croire. »

La jeune femme est très affectée par le sort réservé aux enfants juifs, et toute cette cruauté la met dans tous ses états. Marion décide donc de donner un coup de main aux familles Juives dans le besoin, en leur apportant de la nourriture, des vêtements et des papiers.

Malgré tous les efforts fournis, Marion a envie de faire plus pour cette communauté. Alors elle récupère les bébés qu’elle présente comme étant ses enfants issus d’une relation hors mariage. La ruse marche parfaitement, et puisque Marion n’est pas d’origine juive, personne ne peut la suspecter. C’est de cette façon qu’elle sauve de nombreux bébés, en se faisant passer pour leur maman. Cependant dans son combat pour la cause, elle commet un acte de bravoure qui la hantera néanmoins à vie.

Un jour, elle est soupçonnée de cacher une famille juive dans sa maison. Cependant, la fouille des policiers ne donne rien. Mais l’un des policiers, convaincu de la culpabilité de Marion, retourne sur place et finit par découvrir la cachette de cette famille. Marion n’a pas le choix, car elle sait ce qui va arriver si le policier alerte ses collègues. Elle prend une décision difficile.

La jeune femme s’empare d’un pistolet qu’elle garde toujours à portée de main et tire ! Le policier s’effondre… il est mort ! Le corps de ce dernier sera dissimulé dans un cercueil auprès de celui d’un inconnu : « Je le referais encore, dans les mêmes circonstances, » raconte-t-elle. « Mais ça continue de me perturber. J’espère simplement que la famille aurait été d’accord. »

Les actes de Marion Pritchard font d’elle une héroïne à la fin de la guerre. Elle s’envole pour les États-Unis là où elle vivra jusqu’à ce qu’elle lâche son dernier souffle le 11 décembre 2016 à l’âge de 96 ans. Nombreuses sont les familles qui lui seront éternellement reconnaissantes.