La police australienne a réussi à infiltrer l’un des plus grands « réseaux sociaux pour pédophiles » au monde

L’unité spéciale de police Australienne « Argos », a réussi après une année d’infiltration, à démanteler l’un des plus grands « réseaux sociaux pour pédophiles » au monde.

Sur le site baptisé « Childs Play » (comprenez « Jeux d’Enfants »), plusieurs images et vidéos de pornographie infantile y circulaient et étaient partagées par une communauté comptant plus d’un million de personnes, et quelques 4000 pédophiles actifs.

Cette opération a permis l’arrestation de nombreux pédophiles à travers le monde.

L’opération d’infiltration commence en 2016, lorsque les forces de police Américaines, appuyées par Argos, mettent la main en Virginie sur Benjamin Faulkner, un pédophile Canadien. Après son interrogatoire, les enquêteurs découvrent que l’homme est l’administrateur de l’un des plus grands réseaux pédophiles du web.

Les enquêteurs décident dont de profiter de l’arrestation de Benjamin Faulkner pour infiltrer le réseau afin de mettre la main sur les milliers de pédophiles du site à travers le monde. Pour y arriver, les agents spécialisés dans la lutte contre la criminalité sur le web mettent en place un stratagème, ils se font passer pour Benjamin Faulkner, et continuent à administrer le site comme si de rien n’était.

Le site internet créé en avril 2016 comptait plus d’un million d’utilisateurs, jusqu’à sa fermeture par la police en septembre 2017. Grâce aux informations recueillies, les enquêteurs ont pu estimer à environ 4000 le nombre de criminels actifs.

Malgré le dilemme éthique auquel les enquêteurs ont été confrontés, ils ont dû se comporter comme des pédophiles afin de n’éveiller aucun soupçon durant l’opération. En effet, se servir des images de viols d’enfants pour en sauver d’autres est une méthode discutable dans de nombreux pays, qui interdisent d’ailleurs de telles pratiques. Cependant en Australie, cette méthode est parfaitement légale.

C’est pour cette raison que lorsque Benjamin Faulkner est arrêté aux États-Unis, c’est l’unité spéciale de police Australienne Argos qui a pris le relais.

La fondatrice et directrice d’Argos, Hetty Johnston, défend cette méthode de travail : « Je pense que c’est clairement une question délicate pour tous les agents impliqués, et pour la police en général », explique-t-elle au Guardian.

« Cela étant dit, je soutiens à 100% ce genre de méthodes, parce que les images utilisées par la police ne sont évidemment pas des images qu’elle crée, ce sont des images déjà existantes qu’elle a pu saisir. Et c’est justement dans le but d’arrêter les personnes qui en sont responsables. »

Cette opération de grande envergure a permis de sauver des milliers d’enfants à l’échelle mondiale, et l’arrestation de milliers de pédophiles.

SOURCE: Demotivateur